L’Orient-Le Jour - Rima Maroun est une Pleureuse

Petit bilan rétrospectif avec la jeune, talentueuse et discrète photographe Rima Maroun après sa participation, à travers deux expositions, au festival Montpellier Danse dont la 32e édition était placée sous le « goût de la Méditerranée ».

Maya GHANDOUR HERT.

C’est pour marquer l’ouverture de son festival vers d’autres champs artistiques que Jean-Paul Montanari, directeur de Montpellier Danse, a consacré un volet au cinéma iranien, et un autre à l’œuvre photographique d’une jeune Libanaise, Rima Maroun, dont l’œil et le talent ne passent pas inaperçus. Loin de là. Mais il faut dire que la très discrète jeune fille est comme un oiseau migrateur qui gazouille la plupart de l’année sous des cieux lointains. Son œuvre, primée en 2008 par le prix de la fondation Anna Lindh pour une série de photographies intitulée «Murmures», a notamment été exposée à la Villa Audi (sous l’égide de la communauté européenne), mais aussi en Europe (Italie, Hongrie, Croatie, Bulgarie, à Paris lors de la seconde édition Photoquai à Paris, à Chypre, au Montenegro...). En 2006, elle a participé à la création du collectif Kahraba, un groupe d’artistes.

View the Full article at L’Orient-Le Jour.

Media > L’Orient-Le Jour - Rima Maroun est une Pleureuse